Rechercher dans Texte relatif à des poèmes ou de la prose poétique

Hier encore

antoinefeuille.jpgHier , encore , c’était l’automne, les arbres de mon village pleuraient leurs

 Feuilles, malmenées par le vent, triste et froid.

 Les passants, surpris, sentaient sous leurs pieds, craquer ce tapis insolite.
 Une saute soudaine de vent, s'envolaient les feuilles mortes , tels des papillons égarés.
 Les tourterelles apeurées, cherchaient l’abri des grosses branches, mais ,une scie assassine avait démembré l’arbre qui avait perdu de sa superbe.
 Ce matin, oh ! miracle, les bourgeons qui la veille étaient encore naissants, éclatent en milliers de feuilles vertes, de couleur claire et translucide.
Quelques gouttes de perles de rosée semblent un collier de bienvenue .
 La sève généreuse court le long de l’arbre, comme pour le ranimer .
Sur notre balcon, une tourterelle roucoule avec obstination, peut-être les prémices des amours printanières.
Je me laisse aller à une douce rêverie, la providence m’offre à nouveau un printemps.
Il me vient une étrange torpeur ! Je m’alanguis sous le soleil bienfaisant.
Et si c’était cela , le début du bonheur.
 
            Antoine .

antoineantoine Publié le : Mercredi 26 juin 2019 @ 16:30:12